Témoignages des intervenants

André Lévy-Lang

Professeur Associé émérite, Président du directoire de Paribas (1990 - 1999), Administrateur de sociétés

Professeur Associé à Dauphine, j'ai choisi notamment le Master 224 parce que je trouvais que le programme de l'enseignement,..., préparait particulièrement bien les étudiants à une carrière professionnelle dans la finance.

 

Le programme comporte ce qu'il faut d'enseignements généraux sur les métiers, et de pratique des techniques bancaires et financières, avec un corps enseignant comportant une majorité de praticiens. Les étudiants sélectionnés pour le suivre ont le niveau leur permettant d'assurer la charge importante de travail qui leur est demandée, entre cours magistraux et travaux dirigés sur des cas.

 

Le programme est revu chaque année en fonction de l'expérience des enseignants, et remis à jour. L'utilisation de l'anglais pour certains travaux dirigés est également une initiative utile. Au total, le Master 224 répond tout à fait à mes attentes.​

Jean-Christophe Cotta

Professeur Associé, Directeur Général - Allocation & Sélection

Les techniques d'allocation d'actifs, de construction de portefeuilles financiers et de sélection de gérants, sont au cœur de l'activité de gestion financière des investisseurs institutionnels.

 

Elles illustrent la qualité de leur processus de gestion, éclairent leurs décisions et justifient de leurs résultats auprès de leurs clients. Contribuer au sein du Master 224 Banque et Finance à la présentation de ma spécialité en liaison avec d'autres praticien traitant de la gestion pour compte de tiers ou de la gestion actif passif est un réel plaisir car elle me procure l'opportunité de transmettre le plus clairement possible l'intérêt de cette spécialité, ses développement probables et bien sûr ses limites.

Véronique McCarroll

Partner - McKinsey & Cie

Présenter des idées, communiquer ou structurer un raisonnement, cela fait déjà partie du métier de conseil que j’exerce auprès de mes clients institutions financières.

 

Enseigner, c’est d’abord l’occasion de transmettre son savoir et son expérience auprès d’étudiants, de les préparer à leur futur environnement professionnel, et d’analyser sa matière sous des angles différents. Je trouve l’enseignement proposé par le Master 224 très adapté au monde actuel, parce qu’il offre un contenu pratique permettant d’appréhender de manière approfondie les activités et problématiques bancaires, tout en sachant préserver le niveau de transversalité indispensable à une vision globale du secteur financier et des interactions entre des métiers devenus très spécialisés. Cela stimule l’esprit d’ouverture des étudiants, avec lesquels j’ai chaque année un très grand plaisir à échanger.

 

Didier Bouvignies

Responsable de la gestion - Rothschild & Cie Gestion, Grand Prix de la Gestion d'Actifs 2009

Ancien diplômé de la promotion 1985 du DESS 224, je garde un souvenir excellent de cette dernière année d'étude universitaire car, outre une formation bien adaptée à la vie de l'entreprise, elle m'a permis de trouver ma vocation professionnelle grâce à une unité de valeur dispensée à l'époque par des professionnels de la finance en charge de la gestion d'actifs à l'UAP devenue AXA.

 

J'ai d'ailleurs intégré cette société d'assurance dès la fin de mes études pour progressivement prendre des fonctions de responsable de la gestion dans l'assurance puis la banque.C'est donc avec beaucoup de plaisir que j'ai accepté d'enseigner dans le Master 224 en compagnie de plusieurs collègues de la banque Rothschild. L'enseignement que nous dispenson vise à donner aux étudiants une connaissance très opérationnelle de la gestion d'actifs des investisseurs institutionnels. Et c'est bien l'attout essentiel de ce typoe d'enseignement supérieur, mettre concrètement en application les bases et concepts acquis par ailleurs.

Charles Fleming

Partner - Havas Worldwide, Ancien correspondant au Wall Street Journal

When I was invited to teach a course on Financial Communications and International Media for the Master 224 several years ago, I was very interested, in my capacity as a Wall Street Journal reporter, by the prospect of helping tomorrow's bankers and financiers to understand and work more closely with the media.

 

Today, as an international financial communications consultant for French companies, my professional perspective has changed, adding a new dimension to our exploration in the classroom of the often tense question of how financial reporters and the broader investment community try to use each other to achieve their ends. I find the students' sound knowledge of financial and markets' theory provide a stimulating backdrop against which we can examine how the media treat the main financial issues of the day.

Please reload